Première partie Au delà du présent - 2032 - 2065

Eyes3 mic

CHAPITRE I - Karmas

Extrait XI - Face à l'avenir

Grape vine

Face à l’avenir

Img42

Après ce récit, Mickaëla s'attendait, de la part de la Shekhina, et moi-même également, au fur et à mesure que je le recevais pour l'écrire, à un long épilogue qui rapprocherait ce passé, du présent. Il n'en fut rien, cette dernière se contenta de dire : "La Shekhina est la fiancée du Fils de Dieu, ce n'est que lorsqu'ils seront réunis que le Tétragramme divin sera complet et que l'Homme progressera vers la Suprématie, ancrant sa planète dans la Lumière de Vie. Maintenant, il ne faut plus faire l'erreur du choix de partenaire pour la Shekhina, les temps sont révolus "

 

Grape vine

Eyes3 micCependant, en tant Michaella du vingtième siècle et début du vingt-et-unième siècle je ne pus m’empêcher de poser une question à la Shekhina fille de Dieu et lui demandai :

« Pourquoi avoir choisi d’être un homme, ce jeune écuyer, dans cette période du passé, puisqu’il ne pouvait être l’épouse du Fils de Dieu ? »

La Shekhina sourit un peu tristement et répondit :

-« Il me fallait prouver que j’étais capable, moi aussi, de faire le sacrifice de ma vie par Amour inconditionnel, comme mon frère et futur époux »

Si la première partie de la réponse pouvait me satisfaire, il n’en était pas de même de la seconde, un frère n’épouse pas sa sœur ? Et je le lui dis .Alors la réponse me surpris, mais finalement je la comprends de mieux en mieux maintenant.

-« Tu apprendras un jour que tu vis, ainsi que tous ceux qui t’entourent, dans un monde d’illusions que vous créez vous-mêmes, en oubliant que chacun de vous est partie de la Lumière qui EST notre Créateur, ses filles et ses fils ne répondant pas, en tant que tels, aux critères des religions crées par les Humains. »

A cette époque de ma vie cette réponse ma laissée rêveuse, me disant que le jour viendrait où je comprendrais.

Cependant le rapprochement que l'on pourrait faire, avec les propos tenus à la fin de son récit concernant Gaétan, par la Shekhina, serait que la"missionnée de la fin du vingtième siècle" n'avait pas eu la possibilité de choisir le Fils comme partenaire, et que ses interventions avaient souffert du manque d'aide que ce dernier devrait lui apporter pour que leur mission commune réussisse pleinement.

Ce constat, moi je le fais, car je sais de quoi je parle, mais la Mickaëla qui me succéderait, comprendrait-elle, à la lueur du récit qu'elle allait recevoir, la faille qui avait ralenti mon action !

D'autres questions se présentaient à mon esprit. Ce rêve n'était-il pas une mise en garde pour moi-même. Etais-je en train de laisser échapper une ou des occasions qui feraient avancer ma mission. N'étais-je pas trop timorée dans mon action ! Ce rêve ne m'indiquerait-il pas la nécessité future de choisir un successeur, parce que je n'avais pas osé plus efficacement !

Je me sens si seule devant l'œuvre à accomplir. Je ne me décourage pas, cependant, parce que ma confiance en Dieu est totale. Je me dis que si l'intervention efficace ne sera effective que lorsque les personnalités accompagnant la prémonition de mon songe de jeunesse, se mettront, elles-mêmes, en phase avec moi-même, il faudra qu'un Pape Noir réponde à mon appel et que l'homme au crâne symbolique accepte son rôle de meneur vers l'évolution. Je sais que mon long apprentissage sous l'œil de Dieu prendra encore un certain temps, je dois donc être patiente et ne pas me décourager.

L'accentuation, mise par la Shekhina dans ses récits à Mickaëla, concernant l'erreur de partenaire à ne pas faire, n'était-elle pas la révélation de la cause des craintes émises de la part d'un ami médium de mon mari, lorsque ce dernier lui avait confié ma date de naissance ! Cet homme avait paru effrayé ! Sur le plan humain cela pouvait se comprendre, le Père ne devait pas être le partenaire de la Fille, cela ne menait à rien… Dans la vie de celle qui était appelée à être « ma relève », tous les hommes qui n'étaient pas le partenaire désiré par la Famille divine pour la Shekhina, étaient écartés. Notamment, Augusto qui avait l'âge d'être le père de Mickaëla.

La suite du récit allait donc me confronter, ainsi que Mickaëla, aux contacts avec un homme, Eddie, qui apparemment, avait un lien étroit avec ma propre vie. Sans nul doute, puisque l'héroïne de mon rêve avait fait un rapprochement entre son prénom, Eddie et le second prénom de mon mari, Edouard, ainsi que ceux de ses enfants, Eric, Bruno, Isabelle, Sophie, qui sont les prénoms des enfants de mon deuxième mari.

Jusqu'ici, le rêve ayant cédé la place à l'écriture éveillée, s'était déroulée sous mes doigts comme un tapis enchanté. En l'écrivant, je faisais à chaque instant des découvertes. Je prenais la plume, le feutre, devrais-je dire, et le posant sur le papier, le récit coulait de source… Maintenant, je savais que ma mémoire devait prendre le relais et minutieusement, en essayant de ne rien oublier, relater les faits constituants ma vie.

Ce que Mickaëla allait présenter à Eddie comme son antécédent karma, était assez dense et pour l'aider, je me devais de le mettre noir sur blanc, car le rôle de ce récit était de convaincre par le cheminement d'une vie ordinaire, que la transcendance existait avec la Famille divine et cela simplement parce que nous sommes faits à Son image. Il me resterait donc à dévider l'écheveau de ma vie, en Shekhina d'aujourd'hui, pour que la Shekhina de demain fasse un choix judicieux de partenaire. Alors, peut-être apprendrai-je l'erreur que je n'aurais pas dû commettre ou qu'il est encore temps d'éviter ! …

Grape vine

- Ce n'est que quelques mois, avant même qu'elle ne sache sa nomination actuelle, que Mickaëla connut une partie des détails de son précédent karma. Celui qui avait amené la Shekhina de la fin du vingtième siècle à accepter une nouvelle mission, celle du sauvetage de la planète Terre, au bord d'un gouffre dû à l'oubli pour Son Créateur.

Bit01z37 jeune fem fdb tLes souvenirs resurgissent beaucoup plus rapidement que de les relater et Mickaëla était à se remémorer durant son week-end d'installation, toutes ces péripéties qui précédaient son arrivée à son poste actuel. Demain, il lui faudrait reprendre son activité et faire bonne figure à tous ces nouveaux collègues et à son coéquipier, qu'elle souhaitait être le sympathique Marc qui l'avait raccompagnée le vendredi soir fêtant son arrivée.

Apparemment, c'était le choix d'Eddie, car à l'heure du départ, elle trouva Marc au volant, garé et l'attendant devant la porte de son immeuble. Ils échangèrent un petit sourire entendu en s'abordant et se serrèrent franchement la main en signe du désir qu'une bonne entente s'instaure entre eux.

Dès leur arrivée, Whitney leur fit signe qu'ils étaient attendus dans le bureau du chef. Ils y filèrent aussitôt. Eddie était assis derrière son bureau, le nez plongé dans un rapport, lorsqu'ils frappèrent à la porte. Il releva lentement la tête et regarda, l'air soucieux, dans leur direction sans paraître les voir à travers les lamelles du rideau qui masquait imparfaitement la vitre. Il lança, cependant, un vif "entrez" et retourna à ses feuillets le front barré d'un pli songeur.

Plusieurs minutes s'écoulèrent avant qu'il ne relève le visage. Lorsqu'il le fit, son regard croisa celui de Mickaëla et s'éclaira soudain en un sourire chaleureux, ce qui n'échappa, ni à la jeune femme, ni à son équipier ! Eddie se leva, contourna son bureau, vint vers eux la main tendue, ce que Marc lui avait rarement vu faire en de telles circonstances ! Il les pria même de s'asseoir et leur donna les conseils d'usages destinés aux nouveaux coéquipiers. Son regard ne quittait pas le visage de sa nouvelle recrue et Marc se dit qu'on lui avait changé son chef !

Il ne l'avait jamais entendu prodiguer autant de mises en garde et renseignements en tous genres. Le jeune homme se demandait si cela n'était pas pour prolonger la présence de la jeune femme. Il mesurait à l'ampleur de l'intérêt qu'il paraissait lui porter, la confiance que son chef avait mise en lui-même. Il en fut très fier et se jura d'être à la hauteur.

L'entretien se terminait, lorsqu’Eddie, prenant un document sur son bureau, le tendit à Marc et lui demanda de le porter à Straub, l'un de ses collègues. Ce geste, de l'intuition de Marc, devait être prémédité, dans le but de rester en tête-à-tête quelques minutes avec la jeune femme. Mickaëla ne fut pas dupe non plus et dès que la porte se referma sur son coéquipier, elle s'attendit aux questions de son supérieur. En effet, elles fusèrent tout de suite !

« Quand pouvons-nous nous rencontrer, je brûle d'impatience d'entendre votre récit, lui dit-il. Etes-vous bien installée, serez-vous disponible un prochain soir ? »

 La jeune femme répondit affirmativement concernant son installation. Ne connaissant pas la ville, elle n'avait aucune idée d'un lieu de rendez-vous et se voyait mal invitant Eddie à venir chez elle, connaissant la réputation qu'on lui faisait. Voyant son hésitation, celui-ci lui proposa un restaurant, où, ajouta-t-il, ils ne risqueraient pas de rencontrer des policiers.

Mickaëla n'avait aucune raison de ne pas accepter. L'invitation était correctement exprimée et toute l'attitude désagréable qu'il avait affichée à son égard lors de leurs précédentes rencontres, avait totalement disparue.

Les soirées qui précédèrent son rendez-vous avec Eddie, la jeune femme n'eut guère le temps de se remémorer quoi que ce soit. Marc et elle-même suivaient la piste d'un supposer dealer de drogue, et passèrent de longues heures en planque, à observer ses allées et venues, de son domicile à divers points de la ville, sans que le comportement de ce dernier laisse entrevoir une faille pour le coincer.

Le jeudi où Mickaëla devait se rendre à l'invitation de son chef, était une journée de détente en récupération des veillées précédentes. Elle eut donc tout loisir, après avoir fignolé son installation une grande partie de la journée, de se préparer pour être en beauté pour sa sortie du soir.

La jeune femme appréhendait un peu cette rencontre. Elle n'avait pas encore décidé à quel niveau de vie de son karma précédent, elle devait entreprendre le récit qu'elle se préparait à faire à Eddie. Si elle optait de commencer au tout début, à la naissance de cette autre elle-même, sa narration prendrait des heures et même des jours ! … Comment s'y prendre pour relater, sans ennuyer, et en menant à bien la rencontre des points communs avec le présent !

A dix-huit heures, alors qu'elle choisissait la tenue qu'elle porterait pour ce dîner, un appel téléphonique d'Eddie la fit sursauter. "Je passerai vous chercher vers dix-neuf heures trente, lui annonça-t-il, après les salutations d'usage. Puis-je monter jusque chez vous ou préférez-vous que je vous téléphone quand je serai au bas de l'immeuble ?" Tant de prévenances de sa part surprirent Mickaëla, tout en la confirmant dans l'impression qu'elle ressentait au fond d'elle-même, cet homme était en réalité bien différent de ce qu'il laissait paraître. Elle le remercia de son attention, et lui répondit qu'elle préférait le rejoindre à la suite de son appel téléphonique. Elle argua que l'installation de son appartement n'était pas terminée et que de ce fait elle ne pouvait le recevoir. Eddie raccrocha après un okey et bye bye, peut-être un peu dépités.

Bit01z37 jeune fem fdb tAprès s'être douchée et maquillée, Mickaëla fixa son choix sur une robe de jersey turquoise qui mettait en valeur ses yeux et la blondeur de ses cheveux qu'elle releva en chignon. Sa silhouette harmonieuse lui renvoyait l'image d'une femme à l'allure distinguée. Elle jugeait cette tenue beaucoup plus seyante et plus féminine que l'uniforme de policier qu'elle portait cependant fort bien aux grandes occasions. En semaine, par discrétion, au cours des filatures et autres interventions, elle se vêtait le plus souvent de jeans et de cuir pour la souplesse des mouvements.

Se regardant avec complaisance dans la psyché de sa chambre, Mickaëla suspendit à son cou, un médaillon et aux oreilles des pendentifs, faits de pierres de turquoise serties dans un filet d'or, cadeau de ses parents pour son dernier anniversaire. Se mirant ainsi, un souvenir fulgurant lui revint en mémoire ! Elle se revit, s'admirant dans un miroir, vêtue des mêmes couleurs, lors de la venue d'Augusto… Un frisson la saisit qu'elle réprima avec peine, en chassant de sa vision, celle d'Augusto étendu sur la chaussée.

Mickaëla était consciente qu'elle ne devait pas créer de similitude entre ce passé et l'avenir. Cependant, elle n'avait aucune idée de ce qu'il allait être, et ce bref rapprochement avec le présent était comme une mise en garde dont le sens lui échappait à l'heure actuelle. Elle n'avait, pour le moment, reçu de la Shekhina qu'un aperçu de son karma précédent. Il s'étendait de l'enfance à une rencontre avec un certain Richard dont second le prénom était Edouard et dont elle connaissait le prénom de ses enfants. Une vie tracée jusqu'à l'âge qu'elle atteignait maintenant. Comme si elle se retrouvait devant une situation comportant des personnalités analogues qui devaient agir différemment ! Le seul point qui lui apparaissait évident pour le moment, était que Eddie avait dix ans de plus qu'elle-même, dans cette vie, et que cette différence d'âge devait être voulue pour les choix à venir, mais elle ne comprenait pas pourquoi

Grape vine

Suite

Eyes3 mic

Table des matières

- Chapitre I – Karmas –Extrait XI -

I Haut de page - Face à l'avenir I

Grape vine
Copyright by Micheline Schneider -  - Chapitre I - Karmas - Extrait XI - Face à l'avenir -
« La première et merveilleuse histoire d'Amour du monde ou Hologramme d’une Vie humaine pour une Entité Divine

Date de dernière mise à jour : 13/04/2020