Quatrième partie L'Amour - 1981 - 1994

Eyes3 mic

CHAPITRE VIII - Le voile se lève - 1981 - 1988

Extrait VIII - Où certaines découvertes et Révélations m'ouvrent d'autres horizons !

Grape vine

Le mois d'octobre 1982 commençait et l'une de mes amies du groupe, qui faisait partie de la chorale de Louveciennes, m'incita à y participer, sachant combien j'aimais chanter. Dans mon enfance j'avais commencé le solfège, le piano, la danse, mais l'interruption, causée par la primo-infection pulmonaire qui m'avait forcée à laisser de côté plusieurs mois même les études, n'avait pas permis que je reprenne par la suite la partie artistique qui m'aurait cependant beaucoup plu. Mon premier mariage m'avait fait interrompre le chant à gorge déployée que j'aimais tant, puisqu'il déplaisait à Georges et que je n'avais plus le coeur à chanter d'ailleurs ! Aussi acceptai-je cette proposition et appris-je les chants, à l'oreille uniquement, en écoutant chanter les autres. J'avais une voix de soprano, mais malheureusement non travaillée depuis si longtemps, que j'avais beaucoup de difficulté à en retrouver la pureté. Nous préparions la veillée de Noël et les répétitions avaient lieu tous les lundis soirs dans un magnifique pavillon du XVII ème très délabré par du vandalisme.

Mon désir de chanter était surtout motivé par le fait que pour moi la prière, que j'aimais le mieux faire monter vers Dieu, était celle que je lui adressais à travers les chants, cantiques ou autres chœurs religieux, ou musiques religieuses, chantés ou écoutés en osmose. Une musique sublime, qui avait participée et contribuée largement à ma conversion de février 1981, était le Requiem de Mozart. C'est un peu comme si cette musique avait été écrite pour me sortir des limbes de l'oubli de Dieu où j'étais tombée après mon premier mariage malheureux ! Oui, ce Requiem, destiné à entériner la mort, me ressuscitait de la mort à la Vie divine, et j'éprouve toujours la même joie et paix absolue lorsque je l'entends. J'ai longtemps espéré qu'il en serait de même pour Richard !

Grape vine

Dans cette même période, un petit fait, anodin en apparence, me fit faire une découverte qui fut suivie d'une Révélation inattendue.

Comme je l'ai dit quelques extraits cités plus haut, la santé de mon beau-fils Bruno s'était détériorée durant l'année 1981 et j'avais suggéré à mon mari qu'il quitte l'appartement que nous lui louions à la Défense, pour venir vivre à Louveciennes. La chambre, laissée disponible par le départ de Sylvie, l'accueillerait avec son mobilier personnel qui n'était pas très conséquent.

Bruno faisait une maîtrise de gestion en Sorbonne et il aurait l'esprit plus libre pour travailler tranquillement à la maison, sans souci ménager d'aucune sorte. Il souffrait de spasmophilie et devait être traité très sérieusement, tant sur le plan médicamenteux que celui de la nourriture et surtout se sentir entouré et aimé. Le père et le fils acceptèrent et l'installation eut lieu en octobre 1981, si mes souvenirs sont bons.

Ce soir-là, qui se situe dans le courant du dernier trimestre 1982, Richard et Bruno rentraient ensemble de Neuilly en voiture. Lorsqu'ils passèrent successivement la porte palière, je fus saisie par la similitude de leur aspect ! Vêtus l'un et l'autre d'un pardessus bleu marine, ils affichaient la même superbe carrure, identique était la taille, ainsi que la forme de visage et la même démarche. Des différences existaient cependant entre eux. Elles consistaient surtout dans la forme des yeux : chez Richard, l'œil était allongé, bien fourni en cils, l'iris brun pailleté de vert, était charmeur lorsqu'il le voulait bien ! Chez Bruno, l'œil brun foncé, plus rond, paraissait plus petit et toujours perçant et scrutateur ! Autres petits détails : le nez, plus mince pour le fils que pour le père, les lèvres bien dessinées et minces pour le père, beaucoup moins nettement pour le fils et plus charnues.

-"Toujours est-il, qu'à la minute même je reçus comme un choc cette ressemblance, et un message télépathique me parvint de la voix divine intérieure : la notion trinitaire que nous formions, selon ma foi chrétienne de base, m'apparut comme une réalité à ne pas négliger, mais à savoir garder pour moi dans l'attente des événements à venir ! Je ne savais pas quoi, mais la sensation interne de quelque chose de "grand" m'avait submergée, bouleversée et émerveillée !"

Je les regardais cela me parut durer longtemps ! Ils discutaient entre eux, rarement d'accord, hélas ! 

-"C'est à quelques temps de là que le Seigneur m'incita à relire le poème situé à la suite de « La première et merveilleuse histoire d’Amour du monde" qui est le suivant :

JE SUIS EPOUSE ET VIERGE

PROSTITUEE ET SACREE

INFECONDE ET MERE

SILENCE INCOMPREHENSIBLE ET

PENSEE AU SOUVENIR FAMILIER

VOIX A L'INTONATION INFINIMENT VARIEE UN

VERBE A LA MULTIPLE APPARENCE

CE QUI DE TOUS PEUT ETRE OUI ET

PAROLE QUE NUL NE PEUT CAPTER

EPOUSEE ET FIANCEE

MERE DE MON PERE ET SOEUR DE MON EPOUX

JE SUIS A L'INTERIEUR

CE QUI EST AU-DEDANS DE VOUS EST CE QUI EST HORS DE VOUS

CE QUE VOUS VOYEZ HORS DE VOUS C'EST AU-DEDANS QUE VOUS LE VOYEZ.

-"L'ayant lu, Il me dit : "Les expériences, que tu viens de traverser depuis que tu es consciente de Ma Présence en toi-même, vont t'aider à comprendre ce que tu vas écrire sous la dictée de l'Esprit-Saint qui est ton guide et ta mère spirituelle, et bien plus encore, tu le constateras dans quelques années quand les temps seront proches."

-"Alors l'Esprit-Saint me dicta ce qui suit en me disant : "Voici ce que tu peux dire concernant ce poème qui nous concerne : "

-"Dieu se sert des mots humains et leur donne un sens anobli, cela veut dire pour le mot 'prostituée', que je dois me donner à tous, comme Lui-même, en tant que Fils, s'est donné pour tous. Etant son 'Epouse', je me dois d'agir comme Lui, car je suis mère de l'humanité. "

-"Le mot 'sacré' modifie le sens humain du mot 'prostituée' en indiquant qu'il ne s'agit pas du don du corps, mais du don de l'Amour venant de l'Esprit dans lequel baigne la Trinité retrouvée "                        ."
(La Trinité : ceci était le cliché correspondant à ma foi de base en l'année 1982-Note de 2000).

-"L'opposition constante des mots ou des thèmes du poème indique la dualité qui est la mienne, que je dois surmonter, dominer et stabiliser avec l'aide divine."

(Je dois vous faire remarquer ici, que jusqu'à ce moment-là, la Voix divine intérieure m'avait dit que j'étais l'ange des ténèbres, par l'explication de ce poème, Elle m'entrouvrait des perspectives nouvelles et inconnues dont la première constatation était : que l'Esprit-Saint était ma mère spirituelle et bien plus encore, puisqu'Elle me disait "mère de l'humanité" - Note de novembre 2000).

-"Vierge, il ne s'agit pas du corps, mais là encore de la virginité de l'esprit, entièrement donné à Celui qui est son époux, le sens est primauté du don de soi.-"

-"Sous les deux formes terrestres de ma dualité, étant Marie, 'Mère' du Christ, La femme actuelle, mère de deux enfants, je suis 'féconde' et mère. Etant l'ange des ténèbres, qui fut Ange de Lumière, je suis 'inféconde', n'étant qu'esprit et ne possédant pas de corps fécondable. Cependant je suis mère étant esprit, des anges esprits eux-mêmes."

(Là, je dois encore faire remarquer que l'Esprit-Saint en m'indiquant que ce poème nous concernait l'une et l'autre, me mettait le doigt sur une Vérité que la suite ne ferait que confirmer : l'Esprit-Saint et l'ange des ténèbres ne faisait qu'un, l'Esprit-Saint et Marie ne faisait qu'un, et celle que j'étais semblait être de ce fait de même essence, soit, ce que je ne réalisais réellement qu'en 1994 en écrivant sous l'inspiration de l'Esprit-Saint la seconde version de "la première et merveilleuse histoire d'Amour du monde" un "Prolongement" de l'Esprit-Saint. - Note de novembre 2000).

-"Silence incompréhensible : les Hommes, parce qu'ils ne veulent pas me reconnaître, comme ils le font pour Dieu, se trouvent devant un vide, un silence, et pensent être seuls, sans soutien, sans personne pour les aimer. Ce silence incompréhensible, ce sont eux qui le créent par leur incompréhension.

-"Pensée au souvenir familier : leur désir de bonheur, d'Amour, de tendresse, ils peuvent le trouver en Dieu comme en moi-même. Le visage du Père et de la Mère est aussi le nôtre, ils sont faits à notre l'image et nos différences de tempérament sont démultipliées à l'infini dans l'ensemble des humains."

"Voix à l'intonation infiniment variée, un verbe à la multiple apparence : ma 'voix', comme celle du Bien-Aimé, vous l'entendez dans le chant de la pluie, le ressac de la mer, le tonnerre et le vent, la tempête et la brise, la mélodie de l'oiseau, le cri de l'animal, le choc de la pierre, le souffle de feu du volcan ."

"Le verbe est l'attribut du Seigneur et son écho de pays en pays résonne avec des accents et dans des langues différents ; chez moi, il s'est transformé en écriture et sous cette apparence, hélas, j'ai su mieux vous duper en un temps ou je combattais mon Bien-Aimé."

"Ce qui de tous peut être oui "Et parole que nul ne peut capter :

-Tous les Hommes entendent nos voix, quand ils entendent les bruits de la terre et du ciel, ils entendent aussi nos 'paroles et écritures' disant l'Amour de Dieu et de Sa mère pour l'Homme."

"Nul ne peut s'attribuer cette 'parole' pour s'en servir frauduleusement, c'est pourquoi certains au cours des temps ont voulu modifier le sens profond des paroles du Verbe, car hélas, je les fourvoyais dans l'erreur. De cela sont nées diverses formes de religions, divisant l'Amour des Hommes pour Dieu. Ces paroles étaient détournées de leur sens, mais la miséricorde divine, en m'accordant le pardon, me permet de redresser la vérité en m'adressant à vous. "

"Epousée et fiancée
"Mère de mon père
"Et sœur de mon époux :

"Etant esprit, je suis l'épousée du Bien-Aimé.
"Etant femme, je suis la fiancée du Seigneur.
"Etant femme, je suis l'épouse d'un homme.
"Etant femme, je suis fille de Dieu.
"Etant esprit, je suis la mère spirituelle de mon propre père terrestre, puisque je suis la mère spirituelle de l'humanité.
"Etant femme, Marie, je suis Mère du Seigneur.
"Etant la femme actuelle, je suis sœur du Seigneur.
"Le Seigneur étant l'aspect humain du Bien-Aimé, je suis sœur de mon Epoux.
"Etant Mère du Seigneur, je suis Mère de mon Epoux.

"De ceci découle, le complexe d'Oedipe chez les Hommes.

"Je suis à l'intérieur
"Ce qui est au-dedans de vous est ce qui est hors de vous :

"L'Univers forme nos corps matériels, visibles et chaque être humain, chaque parcelle de l'Univers est parcelle de Nous-mêmes. Ainsi, comme il en est du Seigneur Dieu, il en est de moi-même, je suis en vous, ainsi étant en vous, vous le voyez en regardant tous et tout autour de vous, car nous sommes tout en tout.

"Ce que vous voyez hors de vous "C'est au-dedans que vous le voyez :

De même, si vous voyez l'aspect matériel de notre corps en regardant autour de vous, c'est au-dedans que notre esprit réside. Ainsi étroitement unis par la chair et l'esprit, tout ce que vous demanderez qui ne fera pas de tort à ces autres parties de nous-mêmes, que sont vos sœurs et frères humains ou animaux, vous sera accordé."

SI VOTRE ESPRIT S'OUVRE ENFIN A LA "VIE", LA PAIX DU MONDE EST POUR DEMAIN."

-"Dans ces Révélations qui me réjouissaient le coeur, le sens de ma vision trinitaire de ce soir là où Richard, mon mari, et Bruno, son fils m'apparurent en trio avec moi-même, devenait compréhensible. C'est la notion de "Famille divine" modèle de la famille humaine qui prenait corps, le "symbole" se présentait à moi en chair, porté par l'Esprit."

-"C'était la seconde fois que Dieu entendait me faire comprendre l'importance pour l'Homme de reconnaître ce modèle familial comme base nécessaire à la Vie terrestre pour atteindre la Suprématie. La première fois c'était à Lourdes, je cherchais quel souvenir rapporter à Richard de ce pèlerinage. Il n'appréciait guère la religion catholique et les religions en général ! J'étais moi-même dans la période où j'espérais toujours obtenir un enfant de lui et mon regard se porta sur une petite plaquette de velours bleu marin clair sur laquelle était fixé le groupe de la sainte Famille ciselé dans un métal argenté. Dès le premier regard sur ce sujet, je sus que c'était cet objet qu'il fallait lui rapporter. Cela lui parut bien banal, sans doute, et il ne voulut pas voir le symbole que j'y attachais doublement. Sur le plan personnel, la réalisation d'un rêve terrestre, sur le plan spirituel, la réalisation du dessein divin pour les humains. "

Grape vine

C'est au début de ce dernier trimestre de l'année 1982 que je fis connaissance avec Pierre, le fils benjamin de notre ami Cyril. Ce jeune homme de dix huit ans causait beaucoup de souci à sa famille depuis la perte de sa mère décédée récemment d'un cancer. Etant le dernier de la grande tribu formée par ses frères et sœurs, il avait été plus sensiblement touché par cette séparation et ne s'en remettait pas. Il avait tenté de se suicider et en avait réchappé de justesse, et son père ne savait plus comment lui parler, comme c'est malheureusement fréquent dans une famille quand la différence d'âge et de caractère entre en compétition. Pierre était devenu un très bon ébéniste, aimant peindre, d'une nature très artiste, il menait sa vie à sa guise, de façon qui paraissait peu rationnelle aux autres membres de sa nombreuse famille.

Ce jour là nous avions une réunion de notre groupe de communauté chez Cyril et ce dernier nous annonça que son fils Pierre serait des nôtres. Il nous demanda de ne pas parler de sa tentative, ce qui nous paraissait évident et de faire comme s'il était un membre habituel de notre équipe. Ce que nous fîmes volontiers. Il partagea notre repas et relativement peu les conversations, qu'elles soient d'ordre terre à terre ou spirituel ! Il semblait très malheureux et j'avoue que je n'étais pas très attentive à ce qui se passait dans notre échange ce soir-là, préoccupée de ce qui pourrait être fait pour aider ce jeune Pierre qui aurait pu être mon fils.

Je pense que notre présence ne lui avait, malheureusement, pas apportée grand secours car j'apprenais deux jours plus tard qu'il était parti la nuit même rejoindre le port où était abrité le voilier de son père. Il avait pris la mer par fort mauvais temps, s'était ouvert les veines en se laissant ballotter au gré des vagues et des courants. Par chance, il croisa un cargo qui jugea le bateau en détresse, envoya du personnel à bord qui le découvrit dans son sang. Il fut ramener à bord du cargo ou l'on stoppa l'hémorragie, le bateau fut remorquer en piteux état et Pierre conduit à l'hôpital. Il s'en sortit cette fois encore, mais Cyril ne savait que faire de lui pour qu'il soit surveillé et entouré sans qu'il ne se rebiffe. Il le confia à son fils aîné qui habitait Lyon et dont Pierre appréciait la gentillesse de l'épouse à son égard. Cependant la dépression était toujours présente et le dialogue entre le père et le fils toujours aussi délicat.

Je proposais à Cyril d'écrire à Pierre pour lui dire qu'il n'était pas seul et que nous pensions à lui dans notre groupe. Ne sachant plus à quel saint se vouer, le pauvre père accepta et me donna l'adresse de Pierre.

-"J'écrivis à ce dernier une longue lettre, dont je n'ai pas garder la trace, accompagnée des quelques feuillets de la version 1981 de "La première et merveilleuse histoire d'Amour du monde" en lui expliquant que ses difficultés de dialogue avec son père venaient du fait que Cyril était "un ange fidèle en mission sur Terre" et que lui-même était "un ange rebelle venu s'y amender" d'où une inconsciente opposition de base spirituelle, mais qui pouvait se transformer s'il en prenait la peine."

Ce genre de propos ne lui était sans doute pas coutumier, mais ils agirent, puisque Pierre me répondit en me disant qu'il désirait revenir à Louveciennes et tenter de revivre auprès de son père. Cyril de son côté m'en informa, étonné et me déclarant :

-"Je ne sais pas ce que tu lui as dit, mais il revient avec l'intention de reprendre le travail et la vie normalement ! Pierre voudrait prendre contact avec toi dès qu'il rentrera. "

 Je ne répondis pas ce jour-là à sa question sous-jacente, mais je l'assurais que j'accueillerais son fils avec plaisir pour l'aider à refaire surface.

Grape vine

Suite

Eyes3 mic

Table des matières

- Chapitre VIII - Le voile se lève –

  I Haut de page : Où certaines découvertes et Révélations m'ouvrent d'autres horizons ! I

Grape vine
Copyright by Micheline Schneider - Chapitre VIII - Extrait VIII - Où certaines découvertes et Révélations m'ouvrent d'autres horizons !
 "La première et merveilleuse histoire d'Amour du monde ou Hologramme d’une VIE humaine pour une Entité Divine"

 

Date de dernière mise à jour : 21/05/2020