CHAPITRE X - Extrait XXIV

Cinquième partie Lorsque jaillit la Lumière – 1994/1995 – 2011/2012/2013

Eyes3 mic 2

CHAPITRE X - En marche vers la Lumière de Vie – 1994/1995 – 2011/2012/2013

Extrait XXIV – Ouverture vers la vraie vie 2012/2

Sur les collines d’Hammamet- 2013

Grape vine 1

 Ouverture vers la vraie VIE – 2012/2– LUMIERE ETERNELLE

Certaines portes du ciel se sont ouvertes, si nous savons être attentifs un bel avenir se présentera à nous les Humains. Certes, il y a beaucoup à faire, car c’est une ascension vers la Lumière de VIE, la vraie, celle ou notre âme s’élève et où notre esprit a enfin compris ce que nous sommes depuis la nuit des temps. Beaucoup l’ont déjà compris, mais hélas combien sont à la traîne ! Chacun de nous a son rôle à jouer pour aider l’autre à réaliser que le rêve dans lequel nous vivons n’est pas la réalité. Il est nécessaire que certains voiles se lèvent, mais pour que cela se fasse dans de bonnes conditions, il est primordial que ce désir soit propre à chaque humain et que l’Eveil se fasse naturellement. La montée vers la Lumière de Vie nous est naturelle car nous sommes partie intégrante de la Lumière depuis le Big Bang généré par le Champ unifié d’Energies qui Est notre Créateur (trice) à chacun de nous. N’ayez donc pas peur des changements qui s’immiscent dans votre vie, ils vous apporteront un tel réconfort, que vous regretterez de n’avoir pas entendu plus tôt la voix de l’Ange qui vous appelle depuis votre naissance et ne cessera jusqu’à votre retour au bercail de Lumière.

L’épreuve terrestre est un choix personnel que vous avez fait avant votre naissance, lorsque vous avez choisi ceux qui seraient vos parents, sur des critères que vous connaissiez au moment de votre choix, mais qui après votre naissance vous ont échappés. Les expériences vécues font évoluer tous les univers, car la physique quantique nous l’apprend, le vol d’un papillon se répercute d’une extrémité de la Terre à l’autre, alors combien plus nos actions.

C’est pourquoi il est temps d’agir en notre âme et conscience pour participer au grand œuvre d’un monde plein de beauté, de bonté et d’Amour sans lesquels la VIE n’est pas possible.

Grape vine 1

Sur les collines d’Hammamet – 2013

Nous quittâmes la rue Schras le cinq février 2013 pour monter sur les collines d'Hammamet, dans une maison à peine terminée, par très éloignée de celle de notre doctoresse, une Française mariée à  un Tunisien.

Comme je l’ai dit précédemment la maison sur la colline n’était pas terminée lorsque nous nous y sommes installée, mais rien de bien gênant et quelques améliorations à prévoir. Le grand portail automatique en angle s’ouvre sur une cour bien dimensionnée dans laquelle nous fîmes installer un auvent de toile pour la voiture. L’ouverture de la maison du gardien donnait naturellement dans cette cour, ainsi que le perron d’accès à la maison principale. Des arbres naissants et des Bougainvilliers encadraient cet emplacement pavé de dalles beige. Partout dans le jardin la végétation était à son stade infantile mais promettait de beaux résultats. La bâtisse d’apparences multi cubistes, était vaste et agencée à la Tunisienne, ce qui nous fit faire quelques modifications à notre goût, grâce aux décorations et objets divers que nous avions apportés de Suisse.

Au rez-de-chaussée, l’entrée bien dimensionnée, agrémentée d’une crédence en bois doré était surmontée d’un miroir en bois travaillé, une statue grandeur nature d’une jeune noire en costume de dance guerrière occupait un angle, une belle plante l’autre angle, la montée de l’escalier vers le premier étage prenait naissance dès la droite de la porte d’entrée franchit,

Sur la gauche une chambre d’amis avec dressing et salle d’eau, aménagée dans les tons bordeaux et qui évoluèrent par la suite selon l’occupante, c’est-à-dire moi, lorsque ma hanche me joua des tours !...

Face à l’entrée un grand salon, auquel l’on parvenait par deux marches, était meublé par des banquettes à la Tunisienne, une table basse, un tapis, une télévision. Nous fîmes évoluer tout cela en réduisant les banquettes pour y mettre des objets et des livres sous les fenêtres, en ajoutant deux fauteuils en cuir, deux tabourets, notre télévision, et les trois tapis que nous avions apportés. Le coin repas auquel l’on accédait par deux marches prolongeait le salon, lui-même jouxté par la cuisine dont il était séparé par un comptoir. Une table avec un verre posé sur une statue d’elfe et quatre chaises rembourrées occupaient le coin repas. La cuisine était bien équipée et se compléta avec nos divers robots.

Du coin repas partait un petit couloir menant à gauche au lave-mains et placards en face, ainsi qu’aux toilettes. De face une porte ouvrait sur l’escalier descendant au sous-sol, assez vaste comportant, une pièce avec évier, séchoir métallique, meubles de rangement et paillasse sous laquelle se plaçait la machine à laver le linge. Une petite pièce contenait le matériel concernant l’eau dont une vache à eau et les moteurs et thermostat. Une petite chambre de bonne avec douche et WC, dans laquelle chambre nous installâmes notre sèche linge devant la fenêtre pour l’extraction de la buée. Dans la petite cour il y avait des fils pour le linge, et l’entrée dans la chaufferie assez belle à voir avec ses tuyauteries argentées.

Pour en finir avec le bas de la maison, celle-ci s’ouvre au Sud-ouest par une grande baie vitrée sur une terrasse non couverte, mais avec un store en toile nécessaire, ceci devant le salon, le coin repas possède une porte fenêtre qui donne sur la terrasse couverte bien nécessaire en toutes saisons. Dans la cuisine une porte doublée d’une grille de protection comme les fenêtres du rez-de-chaussée donnant à l’Est et à l’Ouest et au Nord. La piscine n’était pas encore en eau, mais nous étions en février, l’herbe venait d’être semée. J’avais tout mon temps pour mettre des poteries régionales et des fleurs pour agrémenter le jardin.

Un palier coupe la montée à l’étage, éclairé par deux immenses baies fixes, pas faciles à entretenir ! L’escalier arrive sur un autre palier éclairé des deux côtés par des portes-fenêtres qui donnent au Nord-est sur une petite terrasse, au Sud-ouest sur une grande terrasse, laquelle recouvre le salon et la terrasse couverte du rez-de-chaussée. A gauche à l’Est une chambre avec deux fenêtres donnant à l’Est et au Sud-est, avec dressing et salle d’eau avec WC. A droite la chambre dite « parentale » grandement dimensionnée, ainsi que le lit (2 m x 2 m), une salle de bains et WC, un dressing dans le couloir d’entrée et deux placards dans la chambre. Une porte fenêtre donne sur la terrasse au Sud-ouest, une fenêtre donne également sur la terrasse à l’Est.

Nous donnâmes un petit air bien à nous dans toute la maison avec le bien peu de chose que nous avions emportée. Les premières années je dormais dans la chambre de l’Est et mon mari dans la chambre parentale, par la suite il descendit dans la chambre d’ami ou nous changeâmes une fenêtre de cette chambre qui donnait dans le salon par une vitre sans tain plus agréable. Lorsque ma hanche fit des siennes, nous échangeâmes de chambre en 2016.

En huit ans le jardin à bien évolué, les haies et les arbres ont beaucoup poussés, et les bonnes années je réalise un beau jardin fleuri.

Grape vine 1

La vie familiale se résuma comme suit : Envoyées par Philippe des clichés de Marine et Sylvain avec leurs amis (es). Envoyées par Sylvie de nombreuses photos du petit AÏssa, né le 14 septembre, avec sa maman, son papa, sa mamy, ses oncles. D’autres images sympa de Sylvie avec Claude, ses enfants…

En décembre venue d’Isabelle et Jérôme, visite au Centre culturel d'Hammamet et chez le potier à Nabeul, repas de fête et photos souvenirs d’usage terminent l’année.

Grape vine 1

Suite

Eyes3 mic 2

Table des matières

Haut de page – Chapitre X – Extrait XXIV I

Grape vine 1

Copyright by Micheline Schneider – CHAPITRE X - Extrait XXIV – Ouverture vers la vraie vie -2012/2 Sur - les collines d’Hammamet- 2013

 "La première et merveilleuse histoire d’Amour du monde ou Hologramme d’une VIE humaine pour une Entité Divine" 

Date de dernière mise à jour : 07/07/2020