Quatrième partie L'Amour - 1981 - 1994

Eyes3 mic

CHAPITRE IX – Les ténèbres s’illuminent – 1987-1988-(14-02)- 1994

Extrait III – Réflexions sur 1988 –1989-Voyages et travaux - Baptême de Marine – Nos petits vacanciers

Grape vine

Réflexions sur 1988

En 1986 et 1987 en Sologne, j'avais suivi des cours bibliques, d'un exégète qui venait de Paris chaque semaine, invité par notre ami commun, Etienne, doyen de Selles-sur-Cher. Il enseignait à l'Institut catholique et faisait un cours magistral au petit groupe d'une vingtaine de paroissiens que nous formions en provenance des villages voisins et de Selles-sur-Cher. Cette approche des Evangiles était très intéressante par les différences qu'elle laissait percevoir selon l'auteur, les lieux et ceux auxquels il s'adressait.

En 1988, je cessais de suivre ces cours parce que j'étais trop prise par mes différentes activités, tant familiales, amicales et canines que professionnelles. J'avais aussi tenté de me joindre au groupe de Renouveau Charismatique de Nouan-le-Fuselier, comme j'en avais signifié l'intention à sœur Marguerite, mais pour les mêmes raisons que celles évoquées plus haut, je n'eus pas le loisir de les concrétiser réellement. J'assistais seulement quelques fois aux célébrations du dimanche.

-"C’est alors que Michaella, la dix-neuvième Présence de la Shekhina, me dévoila avec précision ses intentions (Je ne connaissais pas au préalable, et même quand je donne ce nom-là dans ce texte, la notion de l'existence de la Présence Divine sous ce Nom, pour moi c'était la Présence Divine, depuis le début soit 1981, mais en faisant ce récit je préfère lui donner ce Nom qui devint le mien)."

-"Dès 1981 j'ai mis le doigt sur la mission qui était tienne me dit-elle, tu es devenue, sans en avoir conscience, mon véhicule terrestre alors bien empêtré dans les arcanes de ta religion de base. Malgré tes erreurs ou tes errements par rapport aux valeurs de cette dernière, ta foi est grande en ses croyances et comme ce qui importe pour l'être humain est d'avoir un modèle de pureté lui permettant d'évoluer vers la Vérité lumineuse du cheminement christique, j’ai respecté cette foi et travaillé à te montrer le chemin simplifié, mais parfois difficile, qui te mènera à retrouver les connaissances endormies au fond de ton âme endolorie par ta venue sur terre. "

-" Le voyage en Egypte allait participer à cet éveil, faisant remonter le souvenir de ce songe prémonitoire de 1957, celui où je m'étais vu en rêve, sous l’apparence de la Shekhina qui est bien la mienne puisque que nous ne faisons qu'une. Cependant je n’avais pas encore conscience de l'esprit que j'étais et que je représentais, il était trop tôt, j’avais encore beaucoup à apprendre et des épreuves à traverser."

-"Je venais cependant de réaliser, à la suite de mon séjour à Paray le Monial, qu'une partie de ma mission était accomplie à travers ma propre personne, par ma foi, mon humilité et mon Amour mais qu'il restait à atteindre et transformer la "face" la plus coriace de l'ange des ténèbres, la face de pouvoir. La Shekhina m’expliqua que cette "face" était actuellement au pouvoir terrestre et précisément c'est la raison pour laquelle le conseil familial du UN avait tenu en 1981 à dédoubler la personnalité à régénérer pour donner plus de chance de réussite à l'objectif à obtenir, c'est-à-dire le retour dans le giron familial, en âme et en esprit, de l'ange des ténèbres."

-"La civilisation pharaonique, comme celle des Atlantes et des Mayas, étaient au fait des possibilités de récupération de cet esprit brillant tomber dans les ténèbres par obéissance mais aussi par excès. Ces excès mêmes qui les firent sombrer ! Il me fallait apprendre à balayer les légendes, mais en passant par elles tant que je n'aurais pas épuré mon esprit de toutes ces fadaises."

-"La Shekhina me dit : « J'introduirais toujours une grande part de vérité dans l'inspiration que je te donnerai, mettant ainsi l'outil nouveau au milieu des anciens, afin de ne pas te choquer et t’amener progressivement à la Vérité lumineuse de LA VIE. Passant à proximité de Nag Hammadi où furent retrouvés des textes très anciens et notamment le "poème initiatique" qui me désigne et par là même te désigne toi qui me représente actuellement sur cette planète, je te les remettrai en mémoire."

-"Ce texte à lui seul explique toute la réalité de l'être humain contenu dans le divin et du divin, LA VIE contenu dans l'humain ». (Suivre  ce lien - pour lire ce poème initiatique et son explication) ."

-" J’avais un peu perdu de vue l'explication de texte que la Shekhina m’en avait donnée, mais je savais que ce voyage ne manquerait pas de frapper mon esprit. Cependant s'il était bon que je reprenne conscience de ces certitudes, je devrais encore les garder pour moi, la notion d'hologramme ne faisait pas encore partie de mes connaissances pour en apprécier les similitudes dans ce poème initiatique."

J'avais rêvé depuis longtemps de faire ce voyage en Egypte. J'aurais préféré le réaliser avec mon mari, qui souffrant avait du y renoncer en dernière minute, Cependant la part de spiritualité qui s'y attachait pour moi ne l'atteignait pas plus que la Révélation qui m'avait été faite et qui, s'il la respectait par amour pour moi, lui paraissait être pure fantaisie. Depuis le 15 février 1981 il avait pu considérer beaucoup de changements en moi, mais tout en les acceptant il ne faillait pas que cela dérange son mode de vie et de penser. C'était un peu comme s'il avait rangé dans un de ses fameux "petits tiroirs" l'aventure spirituelle qui m'avait prise de plein fouet depuis cette date pour ne considérer que la vie présente à mener à bien. Je trouvais cela naturel puisque qu'ainsi cela ne le dérangeait pas trop et me laissait la possibilité de progresser et d'évoluer sans gêner personne. "De plus la VIE est à la base de toute spiritualité, mais encore faut-il reconnaître la nature de sa Présence et en convenir ! "

J'étais donc toute éveillée dans mon rêve d'Egypte et le plus agréable était que je m'y sentais très à mon aise comme si toutes les merveilles qui défilaient sous mes yeux m'étaient depuis toujours connues et faisaient partie d'une de mes vies antérieures. Dans les rites sacrés inspirés par ces lieux, temples et sanctuaires je retrouvais les méandres d'un rêve, celui de 1957. Je me sentais en harmonie et communion de pensée avec ceux qui habitèrent ces demeures éternelles attendant une nouvelle vie. "Je retrouvais dans l'Unité divine qu'évoquaient ces lieux, l'unification de l'être qui a trouvé la Voie."  En mémoire me revenait le poème initiatique révélé par "l'Esprit Parfait" et découvert dans les fouilles de Nag Hammadi. J'étais passée tout près de l'endroit, émue d'être en ces lieux qui sous leurs aspects mythiques cachaient une grande part de vérité. Au retour je relus le texte et les "explications du poème initiatique" de Nag Hammadi, elles me parurent plus claires.

Grape vine

1989 - Voyages et travaux

Selon la promesse que nous avions faite à Philippe, nous descendîmes pour Pâques en Provence pour faire connaissance avec notre nouvelle petite-fille Marine, retrouver Sylvain et ses parents. Nous pûmes admirer la maison nouvellement construite, qui leur permettait une vie plus harmonieuse dans un cadre de verdures méditerranéennes.

Chez nous, les travaux en suivi étaient la construction de la piscine couverte, traitée dans le style solognot comme tout le reste du bâtiment avec poutraison intérieur et extérieur, chevrons sur la façade interne donnant sur le futur patio que nous projetions d'aménager dès que possible. Un local technique, des sanitaires et une cabine complétaient l'ensemble. Lorsque le faîtage fut atteint, le bouquet symbolique s'éleva et nous réunîmes patrons et compagnons pour un pot sympathique autour de toasts au foie gras de canard d'une excellente provenance de l'un de nos clients et de Vouvray du copain rotarien Monmousseau. Comme je n'étais pas la dernière à apprécier ce délicieux vin blanc gouleyant, Richard prétendit que je bâtais les hommes à la descente ! Le fait est que j'étais très gaie après cette réunion. 

Ces travaux se terminèrent sur mai/juin, il nous restait à aménager le patio qui se situait entre les deux ailes de la maison dans le U formé par la partie comportant nos bureaux et reliées entre elles par un couloir vitré. Je ne résiste pas à vous dire les merveilleux travaux de tous les corps de métier pour faire cette réalisation. La piscine faisait 8 mètres sur 4 avec une profondeur de 1 m 70, et un bain à remous.

Tout en voyant se terminer de nos travaux, nos fins de semaines de mai accueillirent les familles d'Isabelle, puis de Sylvie. Tous avaient hâte de voir la piscine terminée pour en profiter avec les petits. En attendant la petite piscine était ressortie, et ils avaient de quoi courir dans le jardin qui était vaste.

Richard était ravi, il avait sa piscine pour son anniversaire que nous fêtâmes avec maman le 7 juin. Par la suite il se baigna tout les matins en semaine avant son petit déjeuner, et souvent le soir au sortir du bureau, il n'avait pas loin à aller !...

Grape vine

Nous passâmes une semaine en Bretagne après cet anniversaire, à Rochevilaine dans le coin que nous aimions tant, circulant un peu aux environs, notamment, un petit passage à Moëlan, dont nous aimions le paysage et la cuisine.

A Rochefort-en-terre nous découvrîmes chez un antiquaire une belle vieille armoire bretonne du XVI ème en chêne ainsi qu'un coffre à pointe diamant, une petite chaise lorraine. Fouillant à droite et à gauche dans les environs, nous acquîmes de vieilles pierres de granit, pots d'apothicaire, triangle appartenant à un ancien monastère, faisant partie d'une meurtrière épargnée par le feu lors de l'incendie d'un presbytère. Je prévoyais de présenter ces pierres en rocaille, parmi de petits arbustes nains et des fleurs dans le parterre encadrant la nouvelle entrée de notre maison. L'acquisition de vieilles auges en pierre, d'encadrement de fenêtres anciennes, d'un énorme pot rond en pierre qui me rappelait celui du jardin de mes grands-parents dans mon enfance, nous permettrait de créer un agréable décor dans le jardin. Notamment le patio que nous désirions aménager entre la bâtisse existante lors de notre achat et celles raccordées en U que nous venions de faire construire.

A notre retour nous fêtâmes l'anniversaire de Juliette, un an ça commence à compter !... En juin et juillet nos deux filles Isabelle et Sylvie leurs enfants et leurs maris en fin de semaine, prirent possession des lieux et profitèrent bien des plaisirs de la piscine.

Ayant reçu nos achats bretons nous constituâmes une petite pelouse centrale encadrée d'un côté par deux auges remplies de fleurs, de l'autre un banc fait de vielles poutres. Trois marches de belles pierres de Loire montaient vers une cour pavée de même et qui entourait un bassin dont le centre éclatait en panache de gouttes d'eau dont le jet éclairé la nuit rendait le lieu féerique. Nous n'avions pas lésinés sur l'éclairage dans toute la propriété aimant pouvoir distinguer les lieux la nuit lorsque nous nous y promenions ou lorsque nous rentrions d'une sortie nocturne extérieure.

Nos familles et amis vinrent en juillet admirer la réalisation de ces différentes amélioration de notre cadre de vie.

A propos d'éclairage, Richard pensait que si nous avions des visiteurs intempestifs de nuit, il serait bien utile de s'éclairer rapidement et complètement pour les démasquer. Il avait même acheté un fusil à balles de caoutchouc pour éventuellement les écarter !... Nous n'eûmes jamais à nous en servir. Cependant une maison du voisinage, qui n'était habitée que le week-end et certaine période de l'année, était régulièrement visitée par des voleurs, nous entendions fréquemment sonner l'alarme reliée à la gendarmerie, mais la maréchaussée arrivait le plus souvent trop tard.

Nous fûmes maintes fois sollicités pour la pause d'alarme par des représentants de diverses maisons spécialisées. Nous refusâmes. Je leur disais : j'ai confiance en Dieu et je nous mets sous Sa Sainte garde. Cela faisait sourire ces messieurs mais ce fut toujours efficace. Cependant un des neveux de Richard, vendant des alarmes, insista pour nous en poser une reliée à trois numéros de téléphone d'amis. Nous acceptâmes pour le faire travailler mais nous ne pûmes jamais vraiment constater son efficacité. Les essais chez les voisins ne furent pas toujours concluants. Ma garantie était la meilleure !

Quelques temps après cette escapade en Bretagne, nous fîmes un court séjour à Strasbourg dans le but de retrouver quatre chaises de même fabrication que celles que nous avions achetées quelques années plus tôt. La famille s'agrandissant et notre cercle d'amis également, le besoin s'en faisait sentir. Notre salon, datant des années 1970 ou plus, était bien fatigué et nous tombâmes en arrêt devant un canapé original et deux bergères revêtues de velours tête de nègre. Nous passâmes commande pour  réceptionner le tout à l'automne. Ce fut l'occasion de circuler dans cette belle ville de Strasbourg et ses environs, que nous avions déjà appréciés lors d’un précédant séjour.

Grape vine

Baptême de Marine en août

Comme je l’indique plus haut, Philippe, mon fils, avait fait construire à Saint Paul en Forêt. La maison entourée d'un jardin possédait une piscine qu'il avait installée avec l'aide de son beau-père. Après la cérémonie du baptême à l'église du pays, c'est autour de cette piscine qu'eut lieu la réception. Nous eûmes ainsi la joie de retrouver plusieurs des membres de notre famille qui séjournaient en Provence durant cette période de vacances. Véronique présenta un très beau lunch confectionné par ses soins. Ses employeurs étaient de la fête, eux qui avaient accepté dans leurs bureaux la présence de la petite Marine bébé dès la reprise de travail de sa maman, ce qui avait rendu service au jeune couple.

J'avais offert à ma petite fille sa tenue de baptême qu'elle ne porta, hélas, que le temps de la cérémonie. Il est vrai qu'il faisait très chaud et qu'installée dans son parc avec Juliette qui était de la même année, elle était mieux en tenue moins ajustée. La maman avait demandé une participation à l'achat d'un collier de perles fines, je me disais : "Elle aura bien le temps de penser à cela", mais ensuite, le gaspillage de la jolie tenue si peu portée me fit regretter de n'avoir pas accédé à ce souhait et maintenant lorsque j'y pense, je me dis : "Je n'ai plus les moyens de lui offrir même une participation à un tel cadeau !…

Pendant notre court séjour auprès des enfants nous logeâmes dans une charmante auberge à Fayence. Le matin de notre départ un marcher de brocante s'était installé dans le village et nous découvrîmes une vieille croix de chemin en fer forgé qui, le comble, était originaire de Touraine, ainsi qu'un objet dans le même métal accrochable dans la cheminée, autrefois l'on y réchauffait les haricots, il était possible d'y mettre une plante retombante l'été. Nous rapportâmes ces découvertes pour décorer notre maison.

Grape vine

Nos petits vacanciers

De retour de Saint-Paul-en-Forêt, nous accueillîmes Sophie et Tom ainsi que Bruno. La piscine était maintenant le grand attrait des lieux et chacun en profitait allégrement. Tom ne se décidait pas à aller à l’eau tout en regardant avec intérêt les baigneurs évoluer, Il les voyait s’éloigner de lui avec une pointe de regret et de crainte.

En août nos week-ends étaient toujours bien remplis, Ma tante et mon oncle venus admirer nos agrandissements, ainsi que maman à la maison une partie de l’été, la fin de semaine suivante Isabelle et une amie avec sa fille camarade de Juliette, et Pacôme.

Le 27 août nous fêtions l’anniversaire de maman en compagnie de Dominique ma nièce. Nos amis B… nous avaient conseillé une maison de retraite aux environs où elle avait un petit studio avec cuisine et salle de bains et les repas pris au restaurant de l'établissement. Elle en était satisfaite, le cadre était agréable et elle s'était faite quelques relations et la proximité lui permettait d’être toutes les fins de semaine chez nous, Richard allant la chercher et reconduire.

Courant septembre Richard me dit : "1989 est notre année faste, de bons résultats, notre maison de plus en plus agréable, notre famille qui s'agrandit, nos chiens sont formidables, tout va bien, nous allons faire un tour de propriétaire

Ce que nous fîmes maison et jardin compris avec un infini plaisir. Ceci c’était à l'heure de l'euphorie !... "

J’allais rendre visite à Sylvie pour son anniversaire le 25 septembre et profiter de la présence de mes petits-fils. Nous fêtâmes le mien le 27 en compagnie de maman et de Jacqueline et Jacques, venus aussi pour voir maman dans son environnement solognot. Nous eûmes connaissance ainsi qu’une nouvelle petite vie se préparait chez Patrick et Sylvie-Marie.

Une visite de Christine et Cécile venue voir sa maman qui habitait maintenant dans  les environs.

Un dernier week-end automnal avec la famille d’Isabelle, clôtura la  "saison d’été si l’on peut dire !..."

Pour Noël, Philippe nous annonça qu'il viendrait une dizaine de jours avec ses deux enfants. A mon étonnement de l'absence de son épouse, il argua qu'ils avaient besoin d'une petite séparation. Il n'en dit pas plus, mais cela n'augurait rien de bon et gâchait un peu le plaisir de les avoir à la maison quelques temps.

Le soir de Noël Sylvie et sa famille, Philippe et ses enfants étaient à La Chesnaye, et ceux de Richard chez nos Ex, le jour de l’An ce fut l'inverse...

Grape vine

Suite

Eyes3 mic 

Table des matières

I - Haut de page - Chapitre IX - Extrait III -I

Grape vine

Copyright by Micheline Schneider - Chapitre IX - Extrait III - Réflexions sur 1988 - 1989-Voyages et travaux - Baptême de Marine en août - Nos petits vacanciers

 "La première et merveilleuse histoire d'Amour du monde ou Hologramme d’une VIE humaine pour une Entité Divine"

 

Date de dernière mise à jour : 02/06/2020