Sixième partie - Où la physique quantique explique mieux la nature de la Lumière-2014/2020

Eyes3 mic 2

Chapitre XI - Sur les hauteurs la Lumière éclaire mieux

Extrait I – 2063 – Où une projection dans l’avenir s’avère utile et nécessaire !

Grape vine 1


Mickaëla se devait de remettre à Eddie la suite des événements et messages de la Shekhina ainsi que des songes qui la confirmaient dans son rôle futur s’étendant à Bit01z37 jeune fem fdb ttoutes les tendances et croyances religieuses et spirituelles.

Cela ouvrirait-il les yeux d’Eddie, Mickaëla en doutait, car il ne semblait pas du tout « brancher » dans ce domaine et la spiritualité passer au delà de sa personne physique. Jusqu’ici, elle n’avait noté de sa part aucune question concernant la métaphysique !

Les lettres adressées aux politiciens, après tant d’années passées, le laisserait sans doute indifférent et septique ! Une explication plus approfondie de la Shekhina le trouverait-il plus coopératif, sachant qu’elle en était un prolongement ?!

La vie au jour le jour d’un couple du passé, bien qu’il soit concerné, l’amènerait-il à évoluer lui-même sur le plan de la spiritualité ?

Devant toutes les questions que la jeune femme se posait à elle-même, elle hésitait à proposer à Eddie la lecture de la suite des écrits qu’elle avait consignés.

Comprendrait-il lorsque la Shekhina lui annonçait en l’année 1998 : « Tu vas recevoir une force, celle de l’Esprit Saint (Act 1,8), (lire Chapitre X-Extrait IV.)

Le songe du 2 septembre 1997, dont elle avait reçu l’explication courant 1998, lui ferait certainement comprendre son rôle présent dans un avenir proche. (Lire Chapitre X – Extrait VI).

La phrase : « Cette jeune femme épouse l’homme jeune, mais ce n’est pas le précurseur », devrait lui ouvrir les yeux sur la seule réponse qu’elle puisse lui donner suite à sa proposition d’amours communes.

Néanmoins, elle se décida à regrouper tous les écrits notés de 1997/1998 à 2013, car il y avait beaucoup à apprendre des différents textes reçus, et cela l’aiderait à comprendre son refus. (Lire Chapitre X – Extrait VII). Ainsi que le songe prémonitoire de 1957, expliqué en 2000 (Lire Chapitre X – Extrait VIII). De même les rêves de la nuit pascale, le 15 avril 2001 et du 4 mai 2001, fait à la clinique, lors de l’intervention de Michaella, étaient assez édifiants pour indiquer les changements prévus et profonds pour l’avenir. L’Initiation expliquée au (Chapitre IX – Extrait VI), ouvrait déjà largement l’esprit vers le renouveau, mais le comprendrait-il bien ?!...

Mickaëla se disait qu’elle ne pouvait laisser passer son séjour de retraite en 1988 à Paray-le-Monial, qui avait été pour Michaella un grand soulagement de recevoir le pardon Divin pour l’ange des ténèbres qu’elle avait accepté d’incarner en 1981. (Lire Chapitre VIII – Extrait III). Non plus que les autres approches du Divin chez ses voisins de Jaugy en 1991 (Chapitre IX – Extrait V).

Il y avait aussi la Cinquième et la Sixième Révélation (Lire Chapitre IX- dans l’ordre Extrait X et Chapitre IX – Extrait IX). La Suprématie (Chapitre X – Extrait III).

Il faudrait sans doute, qu’Eddie, comme Richard, s’ils lisaient tous ces écrits, comprennent ce monde de Lumière qui est vraiment le nôtre, qu’ils laissent le voile se lever sur leur âme et que s’éveille leur conscience christique. Si l’on y réfléchit, ils (Richard – Eddie) n’étaient pas les seuls, hélas, à proximité de cet Eveil, sans le comprendre, l’accepter, le vivre enfin dans sa plénitude.

Grape vine 1

A la suite de ces longues réflexions, Mickaëla, la Shekhina non encore née du siècle où nous vivons, pris son courage à deux mains et appela Eddie pour lui dire qu’un lourd dossier l’attendait. Elle lui proposa de prendre le café chez elle le premier soir où ils seraient disponibles tout les deux, le soir même s’il le désirait, elle-même n’étant pas de service. N’ayant pu le joindre directement au téléphone, le message vocal l’atteindrait peut-être trop tard pour qu’il vint le soir même, mais à tout hasard, elle acheta les gâteaux qu’elle savait dans ses préférences.

Dix minutes plus tard la sonnerie du téléphone vibra, Il était disponible et viendrait, à qu’elle heure demanda-t-il ? La jeune femme lui répondit à 20 heures trente si cela vous convient. La réponse fut un accord et ils ne s’éternisèrent pas en échanges.

Eddie, était tout joyeux, et espérait beaucoup de cet appel. Leur dernière rencontre hors travail l’avait laissé déconcerté (Lire Chapitre X – Extrait V). Il espérait un retournement de situation. Il avait lu le récit de Mickaëla jusqu’à 1987, mais il n’était pas dans son caractère de s’appesantir sur le passé dont il ne se sentait pas réellement faire partie. Pensant que son fils était écarté du sujet, tous les rêves lui semblaient permis. A vrai dire, il était bien un peu troublé par les récits détaillés de Mickaëla, mais il s’estimait capable de relevé un défit qui ne lui en semblait pas vraiment un. Il soigna sa tenue, la choisissant civile, ayant constaté que la jeune femme le préférait habiller ainsi. Il prit une bouteille de whisky qui était au frais, téléphona à la fleuriste pour commander un bouquet de rose jaune bordée de rose dont il savait la passion de Mickaëla, mangea un morceau de viande cuite et une salade verte que sa ménagère lui avait préparé comme la plupart des soirs ou il n’était pas en extérieur retenu par une enquête. A huit heures il descendit chercher son bouquet chez la commerçante proche de chez lui et s’engouffrant dans son véhicule, partit tout joyeux vers son destin amoureux

Un coup de sonnette rapide, cinq minutes avant l’heure prévue, annonça à Mickaëla que son supérieur et ami était déjà en bas de l’immeuble à sa porte. Elle ouvrit, soucieuse de ce qu’Eddie lui dirait de ses précédentes lectures. Arrivé à son étage, Eddie n’eut pas le temps de sonner, la porte était ouverte et son hôtesse l’attendait avec un petit sourire qu’il jugea sympathique mais soucieux. Il lui tendit les jolies roses avec un sourire charmeur et reçu en retour un merci gracieux.

La jeune femme lui apporta le café, le trouvant assis sur le canapé qu’il avait adopté depuis sa première visite. Comme elle n’en buvait pas, le plateau supportait outre les gâteaux qu’il préférait, une tasse de tisane apparemment à base de menthe. Leur conversation débuta, contrairement à l’habitude, sur un fait du jour de leur activité, mais ils épuisèrent rapidement la question, comme ils se l’étaient promis maintes fois.

Eddie n’osait aborder le sujet brûlant qui le préoccupait, savoir si Mickaëla avait changé de point de vue à son encontre, c’est-à-dire était disponible pour répondre à sa demande de la précédente rencontre amicale. Comme il n’aimait pas aller par quatre chemin, il lui posa la question à brûle pourpoint :

-« Avez-vous songé à ma demande faite lors de notre dernière rencontre amicale ? » lui dit-il.

Mickaëla s’attendait bien à cette question, mais elle aurait préféré, parler du sujet qui la passionnait et la bouleversait maintenant depuis des mois, son rôle délicat dans le sauvetage de notre Planète. Aussi, sans répondre à la question d’Eddie, lui tendit-elle la perche en lui demandant s’il avait eu le temps de lire tous les écrits qu’elle lui avait confiés ?

Il se rembrunit, la regarda de travers, et répondit entre ses dents :

-« Ne pourrions-nous abandonner ce sujet, je n’y comprends pas grand-chose, ma vie est ici, avec vous, l’homme du passé que vous me décrivez est bien mon karma précédent, alors nous sommes bien fait l’un pour l’autre ?... »

Pas facile pour Mickaëla de s’embarquer de cette façon dans une discussion qu’elle avait espérée féconde pour l’avenir. Bifurquant indirectement du sujet elle demanda s’il avait revu ses enfants et quelles étaient les nouvelles qu’il en rapportait ?

Eddie, lui jeta un regard sombre, en constatant qu’elle éludait la question. Il lui répondit, qu’il avait passé tout un week-end en famille et que tout s’était très bien passé. Il lui demanda aussi des nouvelles de sa maman, si cette dernière se remettait bien de son intervention au cerveau ?

Ce à quoi la jeune femme répliqua que tout était en ordre et que l’état de santé de sa mère ne lui donnait plus de souci. Elle l’en remercia et se leva pour aller chercher le récit qu’elle désirait lui remettre, en lui disant :

-« Ceci complète ce que vous avez déjà lu, et vous donnera ma réponse, en quelque sorte.»

Le tempérament bouillant d’Eddie refit surface, et son impatience le rendit presque désagréable dans sa réponse :

-« Ne me menez pas en bateau, Mickaëla, vous avez ou n’avez pas de sentiments pour moi ? »

Cela devenait très difficile pour la jeune femme, car ses sentiments pour Eddie étaient réels lui semblait-il, mais elle avait un avenir différent, lui expliquait la Shekhina, et elle sentait qu’elle ne pouvait pas refuser son rôle dans la paix planétaire. Dans un premier temps, elle se dit je vais le rassuré en lui disant :

-« Quand vous lirez certains textes vous réaliserez que votre fils Bruno n’est pas en cause, comme mon intuition me laissait supposer que vous le pensiez. De plus il y a un précurseur et celui-là est peut-être l’ami de votre fils dont vous m’avez parlé, vous en souvenez-vous ? Il est clair pour moi que je ne me suis encore jamais trouvée en présence de Celui qui est nommé le Fils de Dieu et que je dois épouser. »

Cela sembla rasséréner Eddie, comme s’il pensait, depuis le temps qu’Il est attendu pourquoi serait-Il soudain un obstacle entre cette femme et moi ? Il hocha la tête en signe d’acceptation de l’explication et répondit :

-« Je vous promets que je lirai tout ce que vous me remettez et essayerai de comprendre votre point de vue, mais admettez que c’est difficile à assimiler et a accepter de ma part, car je tiens à vous ? »

Mickaëla poussa un soupir de soulagement et lui  présenta de nouveau l’assiette de petits gâteaux forts appétissants, espérant l’apaiser pour un temps.

Cependant Eddie repris :

-« J’ai pu constater, au cours de mes lectures, que nos « prédécesseurs »ont eu des moments difficiles dans leur vie, mais que leur amour est resté fort devant l’adversité et les a aidé à faire face dans les cas pénibles de perte d’activité et de biens. Un amour pareil ne peut disparaître même après la mort ?!... »

Mickaël lui sourit tendrement, elle avait une très forte envie de se jeter dans ses bras, elle non plus ne comprenait pas tout ce qui lui était expliqué et demandé de faire dans un avenir qui semblait proche. Elle avait sans doute encore beaucoup à apprendre pour qu’aucun sens de sont avenir ne lui échappe !

Eddie sentit cette soudaine différence dans son attitude, il se dit, tout n’est pas perdu, je dois être patient et attendre d’avoir moi-même compris mon rôle dans cette incroyable histoire spirituelle.

L’heure avançait et il comprit qu’il était temps pour lui de regagner ses pénates. Il remercia son hôtesse pour son accueil et ses délicieux gâteaux. Lui dit à demain, car ils se retrouveraient au travail. Il se pencha pour l’embrasser d’un léger baiser sur les lèvres et elle ne réagit pas en le gourmandant, c’était un bon point, se dit-il, je serai persévérant, nous verrons bien ce qui se passera !…

Grape vine 1

Aparté : Lorsque je ressens ce besoin d’écrire sur le futur, je prends rapidement une feuille de papier et note se qui vient naturellement sans intervenir, sauf fautes d’orthographe. Je ne sais jamais ce que sera la succession des phrases et vers quel sens et but elles m’entraîneront. Ainsi, pour le moment, je ne connais pas la suite de ce que je viens d’écrire. Alors dans ce domaine, je vous dis à bientôt.

Grape vine 1

Suite

Eyes3 mic 2

Table des matières

I Haut de page – Chapitre XI – Extrait I I

Grape vine 1

Copyright by Micheline Schneider – CHAPITRE XI - Extrait I – Où une projection dans l’avenir s’avère utile et nécessaire !

 "La première et merveilleuse histoire d’Amour du monde ou Hologramme d’une VIE humaine pour une Entité Divine" 

 

Date de dernière mise à jour : 09/07/2020